UCL - Docteurs honoris causa 2008 [18/12]

UCL - Docteurs honoris causa 2008
Leurs combats pour l’humanité

L’UCL a décidé de mettre à l’honneur le 1er février 2008, jour de la Fête de l’université, quatre personnalités qui se sont illustrées pour leur combat envers l’humanité. Combat envers les droits humains pour Souhayr Belhassen, combat en faveur des plus démunis pour Monica Nève, et enfin, combat pour la science et la terre pour Jacques et Bertrand Piccard. Quatre docteurs honoris causa 2008 qui, à leur manière, ont choisi de s’engager sans compter pour défendre leurs convictions et leur conception d’un monde plus juste.

« Les droits de l’homme ne sont pas une utopie mais une réalité ». Après des études de droit à Tunis et de sciences politiques à Paris, Souhayr Belhassen ne tarde pas à s’engager pour les droits humains, d’abord en tant que correspondante en Tunisie de Reuters et de l’hebdomadaire Jeune Afrique ; ensuite via son travail au sein de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme ; enfin, grâce à ses talents d’écrivain dénonçant notamment la place de la femme dans la société tunisienne. Agressée, menacée, expulsée de son pays, Souhayr Belhassen, 64 ans, n’a pourtant jamais cessé de donner la parole aux sans voix. Un engagement qu’elle vit d’autant plus au quotidien depuis le 24 avril 2007, à la suite de sa nomination à la présidence de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH).
Souhayr Belhassen sera parrainée par Olivier De Schutter, professeur au Département de droit international Charles de Visscher.

« Je rêverais de disposer d’une maison de plus et d’y loger plus de personnes encore ». Depuis sa plus tendre enfance, Monica Nève a toujours ouvert les portes de sa maison et de son cœur aux personnes seules ou défavorisées durant la période de Noël : « j'ai voulu élargir la parenthèse, prolonger l'esprit de cette fête à toute l'année, par des logements, des douches, des repas complets pour ceux qui n'avaient rien »1. A force de volonté, ce petit bout de femme de 74 ans, chef d’orchestre et musicienne de formation, a finalement fondé, il y a trente ans, Nativitas, une maison d’accueil ouverte aux plus démunis, dans les Marolles. Aujourd’hui, deux maisons supplémentaires accueillent les Marolliens, avec beaucoup de chaleur et d’humanité.
Monica Nève sera parrainée par Marie Joachim, étudiante et présidente du Kap Quart.

« J’ai voulu aller chercher d’autres idées dans le souffle du vent pour essayer de mieux marcher sur cette Terre » (Bertrand Piccard). Les Piccard père (Jacques) et fils (Bertrand) ont tous deux repoussé les limites du faisable pour explorer la Terre en son for intérieur, l’un par-delà les marées, l’autre par-delà les nuages.
Jacques Piccard va rapidement se lancer sur les traces de son père, Auguste, grand explorateur des mers. Grâce son diplôme en sciences économiques, il obtient des financements pour construire un deuxième bathyscaphe, plus performant que celui de son père, un mini sous-marin qui lui permettra de battre le record du monde de la plongée la plus profonde, soit 10 916 mètres, dans la fosse des Mariannes, au nord-ouest de l'océan Pacifique. À 85 ans, Jacques Piccard a, à son actif, la construction de 4 autres submersibles, dont le premier sous-marin touristique.

Bertrand Piccard s’est de son côté illustré par sa conquête des airs, en étant le premier homme à réaliser le tour du monde sans escale en ballon. Il lui aura fallu trois tentatives pour arriver à boucler cet exploit, soit 45 755 km en 19 jours, 21h et 47 minutes. Suite à ce vol mythique, Bertrand Piccard créera, en compagnie de son co-pilote, Brian Jones, Winds of Hope, une fondation humanitaire destinée à lutter contre les souffrances oubliées ou négligées. Marié et père de trois enfants, ce « savanturier » de 49 ans, psychiatre et aéronaute, combine science et aventure pour explorer l’âme humaine. Aujourd’hui, l’explorateur suisse rêve de faire le tour de la planète en avion solaire, sans aucune émission polluante, afin de démontrer le rôle fondamental des technologies de pointe dans le développement durable. Un projet baptisé Solar Impulse et dont le premier prototype devrait être testé en 2008.
Jacques et Bertrand Piccard seront parrainés par Jean-François Rees, professeur à l’Unité de biologie animale.

Ces quatre personnalités mettent tout en œuvre, au quotidien, pour ne pas abandonner leurs idéaux. Ils remettent l’homme et sa dignité au centre des débats, via un fort engagement social pour Monica Nève, politique pour Souhayr Belhassen et scientifique pour Jacques et Bertrand Piccard.

1. Extrait d’un article paru dans la Tribune de Bruxelles du 13/10/2005.

| 2/12/2009 |