Coopération au développement

cooperation etudiante developpement 

La coopération universitaire au développement fait partie intégrante de la fonction universitaire dans les pays matériellement défavorisés. Dans le cadre de la coopération au développement, toute intervention en matière d’enseignement ou de recherche y comporte une composante forte de service à la société.

Les interventions de l’UCL en matière de coopération universitaire au développement peuvent être de différents types :

  • les appuis à la formation et à l’enseignement dans les pays du Sud y compris à leurs aspects pédagogiques et technologiques ;
  • l’intégration des étudiants des pays en développement dans la communauté universitaire ;
  • les appuis à la formation et à la recherche par l’encadrement de doctorants et de chercheurs;
  • l’accompagnement scientifique et professionnel des étudiants formés ;
  • l’exécution en partenariat de programmes de recherches ;
  • l’appui à la valorisation des résultats de recherche;
  • la réponse à des demandes spécifiques des pouvoirs publics et de la société civile ;
  • la contribution aux débats de société sur le développement et ses différents enjeux ;
  • l’appui à l’organisation et à la gestion universitaire (bibliothèque, informatique, réseaux, finances, personnel…).

La coopération au développement, qui s’inscrit dans une stratégie plus globale des relations internationales, sera traitée en collaboration avec le CRI (Conseil des relations internationales) et la formation continue avec le COFC (Conseil de la formation continue). 

Positionnement de l’UCL en la matière

Cette activité doit obéir aux mêmes standards de qualité de recherche et de formation que les autres activités exercées au sein de l'UCL. Ces activités sont donc confrontées au défi de combiner qualité et solidarité, en donnant tout son sens au terme coopération : un travail commun dans lequel chacun peut trouver un intérêt et un enrichissement.

Pour répondre à l’exigence de solidarité, la coopération universitaire doit être adaptée aux demandes et capacités de réponse de nos partenaires du Sud et être orientée vers des problématiques qui rencontrent leurs propres intérêts.

Pour répondre à l’exigence de qualité, la coopération universitaire au développement doit être une coopération « qualifiante » orientée vers le principe de construction de savoirs. Ceci implique notamment la nécessité de s’assurer, dès la conception du projet, que celui-ci s’inscrit dans un cahier des charges précisant le bénéfice scientifique escompté pour les partenaires institutionnels et individuels, ainsi que les modes de communication des résultats à divers niveaux.

La coopération universitaire se doit aussi de veiller à une meilleure visibilité des partenaires au niveau international. Dans ce cadre, l’UCL encourage l’engagement de sa communauté dans la coopération au développement.
 

| 27/07/2011 |