Plante

Le matériel spécifique à la caractérisation des traits biologiques des plantes et à l’analyse de leur fonctionnement se décline en équipements de terrain et de laboratoire. En outre, les phytotrons permettent à l'expérimentateur de contrôler les variables environnementales. Ne sont détaillés ici que les équipements de terrain.

Mesures dendrométriques (accompagnées de données spatiales)

  • Mesure de la grosseur des arbres : rubans (20), compas forestiers (6 dont un électronique), relascopes de Bitterlich (6), télé-relascope de Bitterlich (1), Criterion RD1000 (1) ;
  • Mesure de la hauteur des arbres : dendromètres Blume-Leiss (2), Suunto (2), relascope de Bitterlich (7 dont un spécifique aux milieux tropicaux), Vertex IV (2),  Nikon Forester 550 Laser Rangefinder (1), Criterion RD1000 (1) ;
  • Mesure de la surface terrière : chaînettes relascopiques (15), relascopes de Bitterlich (6), mires de Pardé (2), Criterion RD1000 (1) ;
  • Mesure des accroissements radiaux: tarières de Pressler (3), tarière motorisée ;
  • Tronçonneuse destinée à l'analyse de tige

Mesures du climat lumineux et de l’indice foliaire

  • Mesures de la fermeture du couvert en forêt ;
    • Deux appareils photographiques avec objectifs hémisphériques (argentique et numérique) ;
    • 3-4 appareils photographiques munis de lentilles hémisphériques
    • Logiciels de traitement des photographies hémisphériques :
    • Trois densiomètres convexes ;
    • Horizontoscope ;
  • Mesures du rayonnement
    • Mesure du PAR : capteurs Li-cor (2) avec datalogger Li1400 ; dataloggers et capteurs Apogee (2) ; capteurs Solems (13) ; Sunscan (1) ;
    • Luxmètre; 
    • Capteur d'éclairement diffus/direct (BF3);
  • Mesures d’indice foliaire :
    • LAI2000 (Licor) (2); 

Mesures de la dynamique de croissance racinaire

Un système d’acquisition couplé à une caméra permet l’étude de la croissance racinaire via des minirhizotrons.

Mesures de la consommation en eau des arbres et des plantes herbacées

Le pôle a une expérience de plusieurs années dans le suivi transpiratoire des flux de sève des espèces ligneuses. La méthode utilisée est celle de Granier (1985), appelée aussi méthode de dissipation thermique.

Une chambre à transpiration est également disponible pour évaluer l’évapotranspiration du sol et des herbacées. Elle est équipée de 4 capteurs PAR, d’un psychromètre et d’une sonde de température.

| contact : Caroline Vincke | 2/08/2010 |