N° 29  4 août 2000

 

Il y a 25 ans dans

Le Messager

 

- Dans les belles installations de Névremont, appartenant à M. Alphonse Noël, a lieu le championnat de Belgique de tir aux clays.

 

- Dans le site du Giveau à Fosses se déroule le 15 août un moto-cross rassemblant plus de 150 pilotes dans différentes catégories.

 

- Décès du secrétaire communal de Sart-Saint-Laurent, M. Léon Fastré.

 

- Départ d'une cinquantaine de Chinels pour Péniscola, où ils sont invités pour une démonstration dans cette localité où MM. Viaene ont créé un camping, connu de beaucoup de Fossois.

 

- Désignation de M. l'abbé Bero, curé de la paroisse des Alloux à Tamines, comme doyen à Fosses, après le décès de l'abbé Hennebert.

 

- Le mois d'août connaît les sorties annuelles des marcheurs de Sart-St-Laurent, Le Roux et Bambois.

 

- Placement dans la collégiale du chauffage par air pulsé ces travaux ont permis d'intéressantes découvertes historiques, notamment des squelettes entiers et 3 tombes dont les cercueils ont été remplis de chaux, ce qui a permis une conservation étonnante des corps.

 

 

Il y a 100 ans dans

Le Messager de Fosses

N° 29 du 22 juillet 1900

Bioulx : Un fait tout à fait extraordinaire s’est passé à Bioulx. Lundi pendant l’orage, on a relevé dans le jardin de M. Defroimont, propriétaire à Bioulx, un morceau de glace d’une longueur de 48 cm, d’une largeur de 15 cm et d’une épaisseur de 6 cm. Le fait est assez rare pour être signalé.

 

N° 31 du 5août 1900

L'ORAGE. - Vers 11 heures, de Sinistres et menaçants nuages s'amoncelèrent à l'horizon et bientôt le ciel n'offrit plus de toute part qu'une voûte ténébreuse. Aux premiers grondements de tonnerre succédait pendant un quart d'heure tine averse torrentielle qui tomba sur la localité, tandis qu'un vent violent tordait, cassait, déracinait avec rage des centaines d'arbres, brisant les vitres, faisant d'énormes brèches dans les toitures et emportant à 200 ou 300 mètres de distance des gerbes de seigle réunies en faisceaux. lin grand nombre de vergers sont presque entièrement dégarnis.

A Maison et à Lesves, l'orage a aussi sévi avec rage. Beaucoup d'arbres déracinés et des toitures enlevées. Aucun accident de personne n'est heureusement à signaler.

SART-SAlNT-LAURENT. - Demain dimanche, fête annuelle, jeux et divertissements divers. Evolutions militaires par les compagnies de Fosses et Sart.

N°32 du 11 août 1900

DISTRIBUTION DES PRIX.

- Dimanche 12 août, à 3 heures précises, dans le Gymnase de l'établissement, aux élèves de l'Ecole Moyenne.

Vendredi 17 août, à 2 heures 1/2, au local Saint-Feuillen, aux élèves de l'école primaire des Sœurs de Sainte-Marie. Les ouvrages des élèves seront exposés.

KERMESSE.

Mercredi 15 et jeudi 16 août fête annuelle du faubourg de Lège. Grand concert le mercredi à 5 heures par la Société Philharmonique.

 

N032 du 12 août1900

SART-SAINT-EUSTACHE. - Dimanche 12 août, à 3 heures 1/2, première sortie en uniforme de la Marche Saint-Feuillen. Exercices et honneurs aux autorités communales. Mercredi 15 août, messe de Gounod à10 heures, chantée par la société des Echos du Sart.A4 h. de l'après-midi, vêpres suivies de la procession solennelle en l'honneur de la Ste Vierge.

N°33 du 19 août1900

A L'ECOLE MOYENNE. - Diplôme d'études : avec le plus grand fruit à Crame Ernest, de Fosses; avec grand fruit, à Lainé Georges et Evrard Georges, de Fosses ; avec fruit, à Arsène Puissant et Defoin Adolphe, de Fosses.

N0 34 du 26 août1900

FOSSES: Marche Saint-Feuillen. - les personnes qui désirent faire partie de la Marche comme sapeurs sont priées de se faire inscrire avant le dimanche 2 septembre chez Jules Honnay, Félix Clocheret, Vincent Leloup.

Dimanche 26 août à 2 heures, sur la place du Marché, l'Etat-Major mettra en adjudication les places de porte-drapeaux et de porte-étendards

SART-SAINT-LAURENT. - La cour d'appel de Liège a examiné l'affaire de Sart-Saint-Laurent. Le garçon de ferme Marique accusé d'avoir causé la mort de Charles Anciaux en lui assénant sur la tête un solide coup de fourche. Le tribunal de Namur avait condamné ce brutal à huit ans de prison. Manque étant récidiviste, la cour à élevé la peine à 10 ans.

Pensons à nos aînés

Nous n'avions pas eu l'occasion de faire paraître, début juillet, la liste des personnes qui ont fêté leur anniversaire au cours de ce mois de vacances. Les voici:

Le 1er juillet: Madeleine Collin, Rue Sainte-Brigide 87 ans

Le 2: Georges Arnould, Place du Chapitre 87 ans

Le 3: Marie Maenhout, Rue Bijart, Sart-St-Laurent. 91 ans (doyenne de Sart-St-Laurent)

Le 4 : Augusta Rouard, Home Dejaifve 93 ans

Le 5: Edith Vervotte, Rue Leclercq, Vitrival 88 ans

Le 9 : Octave Gosset, Route de Mettet 80 ans

Le 11 : Florence D'Haegeleer, Rue Grande, Le Roux 87 ans

Le 12: Maria Furnémont, Home Dejaifve 83 ans

Le 12 : Joseph kinif, Les Ruelles, Sart-Eust. 82 ans

Le 13: Emile Pirlot, Rue de la Station, Aisemont.81 ans

Le 17: Fulda Albert,Ch. de Charleroi 87 ans

Le 19: Denise Denis Rue des Bergeries 80 ans

Le 19 : Jules Migeot, Rue Delmotte 88 ans

Le 19 : Jules Lempereur, Rue Leclercq, Vitrival 80 ans

Le 21: Julia Lejeune, Ruelle des Remparts 92 ans

Le 22: Madeleine Servais, Rue Lt Cotelle, Le Roux 89 ans

Le 23: Espérance Denis, Rue de Névremont 96 ans (doyenne de Névremont)

Le 25: Renée Mayard, Place de Haut-Vent 84 ans

Le 25 : Willy Winson, Rue D. Masson 80 ans

Le 26: Flore Wilmet, Rue des Egalots 89 ans

Le 26 : Jeanne Ackx, Rue de Vitrival 81 ans

 

Le mois d'août est sans doute le mois qui comporte le moins de personnes âgées qui fêtent leur anniversaire. Si nous les connaissons, ne manquons pas l'occasion de les féliciter.

 

Le 4 août: Marie Ludovic, Camping Les Viviers 80 ans

Le 6: Georgine Godfroid, Rue Sainte-Brigide 84 ans

Le :12 : Jean-Marie Severin, Ch. de Namur, Sart-St-L. 86 ans

Le 14: Francesca Bagnulo, Rue Lt Cotelle, Le Roux 83 ans

Le 16: Omer Van Ryssel, Route de Mettet 84 ans

Le 16: Irène Simon, Home Dejaifve 85 ans

Le 16: Renée Mouton, Ch. de Charleroi, Vitrival 85 ans

Le 17: Rachelle Bauwens, Route de St-Gérard 82 ans

Le 18: Marie-Louise Quertainmont, Rue Delmotte 80 ans

Le 19: France Mouthuy, R. de Burnot, Sart-St-L. 84 ans

Le 19: Ida Constant Rue du Potage, Névremont. 87 ans

Le 21: Marguerite Joseph, Rue d'Orbey, Fosses 85 ans

Le 26 : Jeanne Boulanger, Route de St-Gérard 80 ans

Le 30 : Armand Guerry, Rue de la Station, Aisemont. 80 ans

Le 31: Alice Gillot, Route de Mettet 83 ans

 

La liste PRL

Nous sommes en mesure de vous communiquer la liste du PRL pour les prochaines élections communales de Fosses. Cette liste comporte 10 hommes et 9 femmes et la moyenne d'âge y est de 46 ans. Elle est emmenée par l'ancien échevin des Travaux et aujourd'hui conseiller communal Philippe Moreau.

1.Philippe Moreau, 53 ans, conseiller communal, cadre d'entreprise, avenue Albert 1er 44, Fosses

2. Emmanuelle Michaux-Lamy, 35 ans, enseignante, rue du Bijart 17, Sart-Saint-Laurent.

3. Françoyse Périquet-Rochet, 55 ans conseillère communale, assistante en pharmacie, rue du Sartia 47, Sart-Eustache.

4. Edouard Meuter, 44 ans, conseiller communal, employé d'administration, rue du Fays 20, Aisemont.

5. Myriam Liétard, 49 ans, auxiliaire médicale, rue du Grand-Etang 37, Bambois-Fosses.

6. Christian Legrain, 35 ans, responsable logistique, rue de CIaminforge 108, Le Roux.

7. Willy Debie, 46 ans, indépendant, chaussée de Charleroi, Vitrival.

8. Mireille Fosseur-Leblanc, 56 ans, femme au foyer, rue du Sartia 58, Sart-Eustache.

9. Nathalie Martin-Van Hoof, 29 ans; infirmière rue de Falisolle 122 Le Roux.

10. Véronique Dufrasne-Henrard, 35 ans, femme au foyer, rue H. Brosteaux 3, Sart-St-Laurent.

11. Huguette Dubucq-Meunier, 65 ans, femme au foyer, rue de Walcourt 282, Le Roux.

12. Luc Gillard, 48 ans, employé, rue des Tanneries 3, Fosses-la-Ville.

13. Thierry Gillain, 46 ans, employé, rue des Bergeries 27, Fosses.

14. Isabelle Sanglier, 42 ans, huissier de Justice, rue du Bijart 12, Sart-Saint-Laurent.

15. Frédéric Moreau, 26 ans, ingénieur, avenue Albert 1er 44, Fosses-la-Ville.

16. Marie-Jeanne Preud'homme-Burton, 52 ans, enseignante, rue du Baty 43, Bambois-Fosses.

17. Joseph Michaux, 57 ans, agriculteur, rue du Bijart 17, Sart-Saint-Laurent.

18. André-Marie Lomba, 57 ans, administrateur de société, rue Gazelle 178, Sart-Eustache.

19. Roger Laurent, 57 ans, instituteur retraité, rue Try-al-Hutte 19, Fosses-la-Ville.

Décès

Au cours de nos congés, nous avons eu la triste nouvelle du décès de M. René Farine, ancien gendarme à la brigade de Fosses, habitant rue du Grand-Etang à Bambois. Né à Nil-St-Vincent en 1923, M. Farine fut gendarme à Fosses de 1954 à 1974, puis rejoint la brigade de Mont-Saint-Guibert pour y terminer sa carrière. Comme il se plaisait bien chez nous, il fit construire une maison à Bambois où il passa une retraite paisible. Marié en 1947, le couple et une fille qui épousa M. René Borbouse qui commanda la brigade de Fosses et malheureusement disparu l'an dernier. Le couple fêta en 1997 ses noces d'or. Ancien combattant et réfractaire, M. Farine reçut 8 décorations militaires. Au cours de son passage à Fosses, ce fut un gendarme très estimé, ayant un esprit plus préventif que répressif. Il avait deux petits-enfants et une arrière-petite-fille. M. Farine est décédé à Sambreville le 15 juillet et ses funérailles ont eu lieu à Bambois le 19juillet.

Souper des noces d'argent

Le samedi 2 septembre, le club fossois de tennis de table La Palette Club Fossoise organisera son souper dansant annuel. Afin de fêter dignement les 25 ans du Club, le comité a choisi de faire appel au traiteur Pierre-Emmanuel Lorand et du DJ Fabrice de Power Music pour l'animation. Dès la semaine prochaine, nous publierons le menu et tous les détails utiles, mais dès à présent, retenez déjà la date du 2 septembre à 20 h, au local du Club, avenue Albert 1er 27. Il serait très agréable que les anciens joueurs et joueuses fossoises reviennent faire un petit tour où ils ont fait leurs débuts de pongistes et se retrouvent autour d'une table conviviale. Le Comité

Le Petit Chapitre

Le Musée de la Poupée sera accessible au public tous les jours du mois d'août, de 14 à 18 h.

Prends ton envol

L'équipe de « Prends ton envol »

propose pour vos enfants de 3 à 15 ans un stage sportif (volley, basket, handball, unihoc, mini-tennis...) et ludique (psychomotricité, jeux d'audace, jeux d'éveil...) du 7 au 11 août. Ces activités se donnent au collège Saint-André de 9 à 16 heures.

Prix du stage:

3 à 6 ans, semaine compl. 1.800 F,

1/2 journée 1.200 F.

7à15 ans: 1.800F

Ce prix comprend assurance, potage et collations. Inscriptions obligatoires (après 18 h):

-J.-Fr. Lorand au 0477-52.39.44 ou 0497-71.79.78, ou 071-71.29.85

-Bertrand Mathy, au 0478-26.59.17.

Exposition au Home

Au Home Dejaifve, le couloir du rez-de-chaussée a fait place à une exposition de photos qui relate la vie des pensionnaires du Home et retrace tous les moments de leur vie quotidienne. Ces photos en noir et blanc ont été réalisées par 4 élèves de l'Académie d'Auvelais. Depuis pas mal de temps, le servi-ce animation du Home composé de Brigitte Clause et Christine Calande organise des rencontres qui créent des contacts entre les pensionnaires et l'extérieur. A l'occasion de l'inauguration de cette exposition, les responsables du Centre hospitalier d'Auvelais ont offert le verre de l'amitié aux visiteurs et pensionnaires.

Une très belle initiative qui apporte aux résidents un peu de variété dans leur vie parfois monotone.

 

Traversée de Fosses

L'Association des commerçants et le Syndicat d'Iniative signalent que les travaux inhérents à la traversée de Fosses sont pratiquement terminés ; il reste quelques aménagements à réaliser : îlots directionnels, arrêts de bus et nouvel éclairage public. Ces travaux ont occasionné des difficultés de circulation pendant de longs mois, mais le résultat valait la peine de prendre patience. Ces aménagements mettent en valeur le patrimoine de notre belle ville. Nous vous invitons à en découvrir son charme et à prendre les petites rues qui vous conduiront dans le centre historique et commercial. L’ Administration communale

 

N.d.l.r. - A ce propos, on constate avec satisfaction que le problème du feu rouge des Quatre-Bras, qui ralentissait considérablement le sens Namur vers Charleroi a été modifié. Plus d'écart de temps entre les deux feux et même un oeil magique (!) qui permet le retour au vert quand une voiture arrive de cette direction de Namur. Quel progrès utile!

Sart-Saint-Laurent

La kermesse

Voici le programme qu'a mis au point un dévoué comité.

Vendredi 4 août

19.00 Ouverture des loges foraines

Samedi 5 août

Jeux inter-villages entre Sart-Saint-Laurent et Aisemont.

11.00 Concours de kicker (humain)

13.00 Jeux sans frontières (jeux populaires)

13.30 Concours de pétanque

17.00 Ouverture des loges foraines

19.00 Remise des prix et soirée de clôture (entrée gratuite)

Dimanche 6 août

10.30 Messe de la Jeunesse

14.30 Lutte de balle pelote (rue Godefroid) - Balle pelote assise -Château gonflable et concours de pêche pour les enfants.

15.00 Passage des Disclimbwagnes de Fosses-la-Ville et rentrée à20 h sur la place.

16.00 Ouverture des loges foraines

Lundi 7 août

16.30 Foot pour les enfants

17.00 Foot pour les dames

18.00 Foot pour les messieurs

18.30 Concours de Chasse à l'Flate

19.00 Distribution de tickets aux enfants, sur le terrain de football et sur la place.

Mardi 8 août

20.00 Barbecue géant au Hall Omnisports et soirée dansante réservée aux personnes inscrites au barbecue.

Inscriptions au barbecue chez Christian Lambert, tél. 071-71.36.56.

Petite restauration durant toute la tête à l'endroit de chaque activité.

A la mémoire des grognards

Cette année, le Marche royale Sainte-Gertrude fêtera ses 20 ans de renaissance. Pour marquer et célébrer cet anniversaire un programme copieux, s'élargissant sur plusieurs journées, fera résonner tout le village aux sons des fifres et des tambours. Souvent cités dans les livres d'histoire mais totalement oubliés de la mémoire de nos générations et des propres racines d'un village, les grognards de l'Empire et de la République ne font plus partie de notre histoire. Pourtant, que n'ont-ils pas souffert pour enrichir les ambitions d'un homme. Dans le cadre des festivités jubilaires de l'an 2000, un monument au souvenir des conscrits roveliens sera inauguré. C'est à l'initiative de Daniel Tilmant, président du comité du Souvenir et membre actif de la Marche Sainte Gertrude, que l'idée a germé. Passionné de l'histoire de son village, lecteur assidu des archives de l'Etat, il a déniché et regroupé, grâce au C.H.E.W. et de son historien M. Evariste, toutes les souches militaires de nos grognards originaires du Roux illustrant les états de service, les campagnes militaires dans lesquelles chaque individu a participé. Ces pré-cieux documents sont, pour la plupart, centralisés au Service historique de l'Armée de terre au Château dE Vincennes (Paris). Sur 40 appelés (tirage au sort), 27 roveliens seront enrôlés dans la Grande Armée entre 1798 et 1815 Des patronymes souches de très vieilles familles roveliennes renaissent ainsi au souvenir, tels que les Barthélemy, Boccard, Challe, Coignet, Fayat, Giu(y)aux, Henquinbrant, Laret, Marciat, Masay, Nassogne, Pierard, Préter, Cayet, Servais et Wilmot.

Tandis qu'actuellement, Daniel Tilmant s'investit dans un travail de bénédictin en réalisant pour chacun dE ces conscrits un crayon généalogique et retrouver les descendants de nos grognards, les membres dE l'Etat-Major de la Marche Sainte-Gertrude ont retroussé leurs manches sous la houlette de Freddy Delzant pour mener à bien l'édification de CE monument qui se situera sur une parcelle communale située à l'intersection des rues Lieutenant Cotelle et di Chaurnia.

Sart-Eustache

20e anniversaire de la Marche Saint-Roch

Samedi 5 août:

12.15 appel des officiers

13.30 Défilé des marcheurs

Puagne, Génicot, Sartia, rues des Ruelles, de l'Eglise, chapiteau et salle.- Décharges chez les officiers et sympathisants.

Le soir: soirée dansante à la salle.

 

Dimanche 6 août:

8.00 Accueil des compagnies de Virelles et Tirailleurs Algériens

10.30 Bénédiction de la Compagnie à la cour d'honneur du château

11.00 Défilé de la compagnie : Bas-Sart, rue de la Ramée, rue de l'Ermitage et place communale

15.00 Procession avec les compagnies de Vire)les Tirailleurs Algériens, les Congolais de Fosses et une compagnie d'une trentaine de délégations des marches de l'E.S.M.

18.45 Défilé des Marcheurs : rue de l'Ermitage, du Sartia, chapelle du Sacré-cœur, retour place communale.

20.30 Bataillon carré et remise des médailles.

22.00 Soirée dansante.

 

Lundi 7 août:

9.00 Messe pour les défunts

10.15 Inauguration d'une stèle commémorative en l'honneur des marcheurs défunts

11.00 Défilé des marcheurs et décharges

22.30 Retraite aux flambeaux et cas-sage du verre, sur la place Communale.

22.00 Feu de file au Sans-Culotte et mise à feu du mannequin.

En flânant à travers Sart-Eustache

Sart-Eustache, est une communauté villageoise appartenant au comté de Namur sous l'Ancien Régime et commune de la province de Namur de 1792 À1975.

Du Moyen Age jusqu'au XVIIe s. ce village essentiellement agricole fut concerné par le travail du fer et caractérisé par une industrialisation À dimension rurale. Par la suite, il fut épargné par les remous de la Révolution industrielle qui, dès le début du XIXe s., transforma la vallée de la Sambre autour de Charleroi. Entièrement entouré de forêts, le village comptait une bonne centaine d'habitants au XVIIIe s., de 200 À 300 entre le début du XIXe et 1970. Depuis 1970 le processus de désindustrialisation du' bassin sidérurgique de Charleroi et l'exode urbain avec le retour À la campagne ont fait de Sart-Eustache un lieu de résidence privilégié dans une environnement « vert ». De ce fait, en l'espace de trois décennies, le chiffre de la population s'est accru de 200% pour dépasser aujourd'hui les 800 habitants, transformant le village caractérisé par ses exploitations agricoles, en un village-rue où tout l'espace À front de rue disponible est dorénavant bâti. L'histoire de Sart-Eustache était encore à écrire lorsqu'à la fin des années 60, l'épouse de Michel Poulain, fils du dernier instituteur du village, entreprit un mémoire de licence en histoire sur la démographie historique du village. Sur la base de ce mémoire, Michel Poulain, lui-même géographe, et son épouse, ont publié, en I 972, un premier fascicule, intitulé : « Sart-Eustache, une communauté de villageois pendant 2 siècles et demi »

A la suite de cette publication depuis lors épuisée, les recherches se sont poursuivies, diversifiées et enrichies par de nombreuses enquêtes auprès des anciens du village.

Le 20e anniversaire de la Marche Saint-Roch en cette année 2000 est l'occasion de publier une seconde édition. Celle-ci prend la forme d'un livre agrémenté de nombreuses photos grâce au soutien de la Marche, du Centre communautaire et du S.l. de Fosses.

Le premier chapitre traite de la spécificité géologique et du site de Sart-Eustache, traits essentiels pour comprendre l'histoire du Sart. Le deuxième chapitre présente les origines du peuplement et son caractère bipolaire avec le Sort oie Stocke et le Petit Sort. Les chapitres S et 4 sont extraits du mémoire et de la première publication ils décrivent le village sous l'Ancien Régime tout d'abord, de 1792 à 1914 ensuite. Dans le chapitre 5, c'est la vie quotidienne du début du siècle qui a retenu l'attention de l'auteur, sur base de nombreux témoignages et enquêtes auprès des anciens du Sart au début des années 70. Le chapitre 6 peut se lire indépendamment des précédents et servir de support à une longue promenade à travers le village en étant attentif à chaque lieudit, à chaque maison ancienne, à chaque tracé du passé. Le dernier chapitre enfin reprend la liste des « personnalités » du village et tout le détail des familles du Sart avec les données généalogiques de plus de 1.500 personnes, données qui ont été entièrement complétées et révisées par rapport à la publication précédente.

L'ouvrage est mis en vente auprès de André POULAIN, rue de la Stralette 17,

Sart-Eustache, tél. 071-38.88.79.

A la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché 12, à Fosses

 

Le livre d’or de l’Ecole Moyenne de Fosses

 

Dans le palmarès de l'année scolaire 1919-1920, figure la liste des Anciens Elèves, blessés à l'ennemi durant la première guerre mondiale, ci-tés à l'ordre du jour ou ayant obtenu des distinctions militaires.

Voici cette liste, avec mention des blessures, faits d'armes, citations et décorations, tous renseignements souvent méconnus ou plus ou moins perdus aujourd'hui dans la mémoire collective.

« Le Livre d'Or « fait état de tous les anciens de l'Ecole, tant Fossois qu'étrangers. Toutefois, dans un premier temps. nous nous bornerons aux Fossois en respectant scrupuleusement le texte figurant dans le palmarès.

R.A.

 

- Gustave BARTHELEMY, de Haut-Vent. décoré de la Croix de Guerre et de la Médaille de la Victoire.

- Désiré CAMUS, de Fosses, blessé à Nieuport 12mars 1918:

1. Cité à l'ordre du jour de la division Au cours de sa longue présence au front s'est particulièrement signalé par sa belle conduite au feu et son dévouement continu.

2. Cité à l'ordre du jour du régiment pendant les combats de la fin du mois d'avril 1915. auxquels a pris part le régiment, il a fait son devoir avec un grand courage et un parfait esprit de sacrifice.

3. Décoration militaire de 2e classe Agent de liaison courageux et se dévouant sans compter. Au cours de l'attaque, la nuit du 1 J au 12 mars 1918, contre la position allemande, a été grièvement blessé, alors qu'il établissait une mission sous un violent bombardement au front depuis 40 mois, déjà porteur de la Croix de Guerre. Décoré de la Médaille militaire de 2e classe et de la Croix de Guerre et de la Médaille de l'Yser.

- Ernest CLAUSE, de Fosses, décoré de la Médaille commémorative de la Guerre et Médaille de la Victoire.

- Fernand CUVELIER, de Fosses, blessé à lYser le 26 octobre 1914 et à la bataille de Merckem le 17 avril 1918. Deux citations à l'ordre du jour:

1. Le 17 août 1916 : pour le courage et le dévouement dont il a fait preuve au cours de sa longue présence au front (Croix de Guerre)

2. Le 26 avril 1918, cité pour c le 17 avril, lors de l'attaque des avant-postes occupés par le bataillon dans le secteur de Boesinghe a, sous un feu des plus meurtriers, rallié autour de lui un groupe de volontaires avec lequel se portant spontanément et résolument en avant, il refoula l'adversaire devant la droite de la tranchée de Mondoor Wood. A été blessé au cours de cette action. Décoré de la Croix de Guerre, de la Médaille de l'Yser de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative.

Promu sous-lieutenant auxiliaire le 30 mai 1915, sous-lieutenant de l'active le 30 novembre 1915 lieutenant le 18 décembre 1916 capitaine en second le 26 mars 1920.

- Louis DEGLUME, de Fosses. blessé et cité à l'ordre du jour de l'Armée décoré de la Croix de Guerre.

- Ferdinand GAILLY, de Fosses, engagé comme volontaire de guerre le 5 août 1914. Citations à l'ordre du jour: Croix de guerre, soldat volontaire, au front depuis le début des hostilités. A toujours fait preuve de bravoure et de courage pendant les hostilités. Décoré de la Croix de guerre, de la Médaille de l'Yser, de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative.

- Jules GAILLY, de Fosses : volontaire de guerre en 1916 décoré de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative promu sergent au camp d'instruction d'Auvours. Venu au front comme soldat en 1916 et nommé caporal en 1918.

- Georges GEORGERY, de Fosses, blessé dans la forêt d'Houtuls le 28-9- 1918 promu caporal.

- Paul GERARD, de Fosses blessé à Boitshouck le 29-10-1914 et à Stuyerkenskerk le 8-8-1916 porteur de la Croix de Guerre, de la Médaille de lYser et de la Médaille de la Victoire promu caporal en 1917.

- Hector HALLJN, de Fosses. Citation à l'ordre du jour : sous-officier mitrailleur brave et énergique. Comme chef de pièce, a toujours été un exemple pour ses hommes. Durant la dernière offensive, s'est dépensé sans compter a ravitaillé la compagnie dans les circonstances les plus dangereuses et les plus difficiles. Décoré de l'Etoile de Karageorge en argent, de la Croix de Guerre, de la Médaille de la Victoire promu sergent le 25-10-1914 et sergent-fourrier le 13-4-

1919.

- Charles HONNAY, de Fosses, porteur de la Croix de Guerre, de la Médaille de lYser, de la Médaille de la Victoire, de la Médaille commémorative et de la Médaille militaire de 2e classe. Promu respectivement caporal, sergent, sergent-fourrier, sergent-major, 1er sergent-major.

- Armand HOPPE, de Fosses. Volontaire de guerre, blessé à l'Yser en 1915 décoré de la Médaille militaire, de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative. Cité à l'ordre du jour de la division en 1915.

- Jules JACQUET, de Fosses, porteur de la Décoration Militaire, de la Décoration commémorative règne S.M. Léopold II, de la Croix militaire de 2e classe, de la Médaille de lYser, de la Médaille de la Victoire, de la Médaille commémorative 1914-1918, Chevalier de l'Ordre de Léopold, promu major d'Administration le 26 septembre 1918, Chevalier de l'Ordre de la Couronne.

- Léon LESUISSE, de Fosses, a obtenu deux citations:

1. Ordre du régiment le 12mai 1916: pour le courage et la décision dont il a fait preuve en établissant sous le feu de l'infanterie allemande, une liaison téléphonique entre deux postes de première ligue, totalement dépourvu de protection.

2. Ordre de division c sous-officier téléphoniste-sigualeur modèle, possédant à un degré élevé le sentiment du devoir. Etant chef d'équipe au poste de combat du major de garde. le 17 avril 1918, pendant le combat de Merckem, a fait preuve d'un sang-froid admirable en maintenant les liaisons avec les autres postes de combat malgré un bombardement intense de son poste. Titulaire de la Croix de Guerre. Promu caporal, puis sergent.

- Louis MALOTTEAU. de Névremont blessé à Dixmude le 15 février 1917 et à Ramscapelle le 27 août 1917. Cité à l'ordre du jour de l'armée le 12-9-1917 : a collaboré à l'attaque d'un poste avancé. à Dixmude. a été violemment bombardé dans un poste avancé à Ramscapelle. Cité à l'ordre du jour du régiment le 2-3-1918 c a subi un fort bombardement à Merckem. Porteur de la Décoration militaire de 2e classe et de la Croix de Guerre.

- Yvan MARETTI, de Fosses. promu caporal le 20 août 1914 et sergent le 19 août 1915 blessé le 25 octobre 1914 à la bataille de l'Yser et le 16 octobre 1918 au bois de Wynendaele. Cité à l'ordre du jour de l'armée et décoré de la Médaille militaire de 2e classe c Sous-officier plein de mordant et de courage au front depuis le début de la campagne blessé une première fois à la campagne de l'Yser en 1914, a rejoint le front aussitôt guéri; s'est particulièrement distingué par son zèle et son dévouement dans les secteurs difficiles de Merckem, de Kortekeer et de Langemarck ainsi que dans les batailles des 14, 15 et 16 octobre 1918, montrant aux hommes de sa section l'exemple de crânerie sous les balles et les obus. Le 16 octobre, fut grièvement blessé étant de garde à un poste établi sur la lisière nord du bois de Wynendaele. Est déjà titulaire de la Croix de Guerre. Décoré de la Médaille de 1'Yser, de la Médaille de la Victoire, de la Médaille commémorative, de la Croix de Guerre avec palme et de la Décoration militaire de 2e classe avec palme.

- Donat MASSON, de Fosses : volontaire de Guerre, gazé et décoré de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative.

- Fernand PIETTE, de Fosses : volontaire de guerre. blessé à Oostkerke Médaille de la Victoire et Médaille commémorative ; promu brigadier en mars 1918 et Maréchal-des-Logis en mai 1919.

- Gustave STIERNET, de Fosses : volontaire de guerre ; décoré de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative.

- Armand WIAME, de Fosses : volontaire de guerre, gazé à Clercken le 7 octobre 1918 ; décoré de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative ; promu brigadier le 24 septembre 1918 et Maréchal-des-logis le 28 mai1919.

- Emile WINSON, de Fosses : volontaire de guerre, blessé à Sleighaege le 30 septembre 1918. Cité à l'ordre du jour de l'armée c excellent candidat sous-lieutenant, énergique et audacieux au feu. Le 30 septembre 1918, alors qu'il était chef d'un poste violemment soumis au tir des mitrailleuses, a été blessé alors qu'il s'efforçait de mettre ses hommes à l'abri du tir ennemi. Décoré de la Croix de Guerre, de la Médaille de la Victoire et de la Médaille commémorative. Promu respectivement c caporal, sergent, adjudant et sous-lieutenant. La semaine prochaine, nous poursuivrons cette longue liste avec d’autres anciens, de l’entité.

Façades fleuries

Voici les résultats du concours des Façades fleuries organisé par le Cercle horticole de Fosses:

1 :ex aequo : Marc Thibaut, route de Tamines 19

André Gheyssens Champ Stoné 20

René Godefroid Campagne du Chêne 35: 100 pts.

4 : Raymond Horion, Champ Stoné 45 : 98 pts

5 :ex aequo: Léon Loiseau, faubourg de France

Marjus Magnien, rue du Grand Gau : 96 pts.

7 :ex aequo : Jean-Pol Léglise, rue du Postil 28

André Lainé, route de Tamines 22

Antoine Perger route de Tamines 43B

Guy Maron, Campagne du Chêne 39

Jean-Pol Georgery, rue de la Plage 19: 90 points.

 

12 : André Janssens, rue des Forges : 88 points.

13 : Gabriel Vermaut, rue du Postil 6 : 85 points.

14 :ex aequo : André Gilot, route de Bambois

Jean-Pierre Defreyne rue de Névremont: 83 points.

16 : Raymond Vervotte, rue des Remparts 15 : 82 points.

17 : Jean Depré, rue de la Station 74 Aisemont

Jean-Pierre Pans, rue de la Plage 3 : 80 points.

Haut-Vent a été dans tous ses états durant quatre jours lors des festivités annuelles. La Limotche et les Disclymbwagnes ont été de la partie.

HAUT-VENT a vécu quatre jours fous, fous, fous grâce à son comité des fêtes. Ce dernier avait concocté un programme véritablement alléchant.

Samedi, une promenade guidée en chars à bancs permit de découvrir Fosses sous un autre jour. L'après-midi, les équipes de Haut-Vent, Fosses, Fer à cheval et le Point d'arrêt se sont affrontées à la balle pelote.

À 15 heures, la fête a battu son plein grâce au dynamisme et à l'humour des Disclymbwagnes. Ce groupement nouvellement formé consiste en un ensemble peu banal de cyclistes. En effet, c'est sur des machines tordues et décorées de façon originale que ces fous du guidon ont dé-filé dans les mes du village.

Dimanche, le comité a déposé une gerbe à la chapelle aux héros des deux guerres.

Descente de la Limotche

Lundi, la Limotche a défilé dans les rues. Cette tradition trouve sa source dans une légende. Un ouvrier de ferme, fâché avec son patron, décide un jour de se venger en semant la pagaille dans la réserve de foin du fermier Le soir, armé d'une fourche de bois et dissimulé sous un grand drap, il s'introduit dans la grange pour accomplir son méfait. Soudain, il se fait surprendre par un habitant qui, à cause de son déguisement, le prend pour un monstre et le nomme Li Limotche.

Démasqué par son patron, il est conduit au chef du village. Ce dernier, afin de calmer les esprits, décrète de faire défiler le manant, une fois par an, attaché à une corde que tient un tapeur armé d'un bâton fait de fagots.

Le tapeur et le valet de pique

Depuis, la bête, suivie d’une ribambelle de personnages comme le tapeur, le valet de pique ou le vétérinaire, effectue un tour du village Cette tradition prend toute sa saveur à Haut-Vent, car la créature accouche d'un nouveau-né le soir. C'est dans une ambiance des grand jours que la bête a mis au monde une petite Limotche avant de mourir L'an prochain, devenue grande elle pourra revenir pour une nouvelle descente dans le village. Le comité avait imaginé un con cours original: il s'agissait de deviner le poids et l'âge total de 13 membres. Albert Goffart a remporté le concours. Il a généreusement décidé de remettre son prix au comité pour la Saint-Nicolas des enfants.

L'assemblée des sages est composée du président, Patrick Lambert trésorier, Frédéric Tahir; secrétaire José Marchal, et des membres Fabienne et Élise Ficart, Luc Honnay Fabian Henin, Françoise Lambert Marie Christine Reumont, Céline Lambert, Philippe Herquin et Monique Calande.

 

Fosses : Le marché aux bestiaux

Voici une photo bien pittoresque qui nous reporte presqu'un siècle en arrière. Dans le bas de la rue de la Station (de l'époque), aujourd'hui avenue Albert 1er, jusqu'aux Quatre-Bras, se tenait la foire aux chevaux. Si l'on voit des vaches, c'est que c'était sans doute la fin du marché et que les marchands et acheteurs repassaient avec leurs bestiaux pour y prendre un verre au café proche car le marché aux bestiaux se tenait rue des Remparts; depuis les Quatre-Bras jusqu'en Leiche. Il y avait aussi régulièrement des concours de bestiaux qui se tenaient plutôt rue de l'Ecole Moyenne. Le marché aux cochons, quant à lui, se tenait rue Marché-aux-porcs, aujourd'hui rue des Egalots. A droite, c'était la maison Bodart-Mabille, fabricant de chaussures puis le café d'Achille Sevrin-Lempereur (à hauteur des deux vaches). On peut dater cette photo d'avant 1909, année où les deux ormes ont été abattus pour agrandir le trottoir. Dans le fond, les Quatre-Bras où l'on distingue le café devenu « Café de la Colonne » et plus loin le café du maréchal-ferrant Auguste Boulanger. A gauche, on distingue le très beau réverbère qui venait d'être placé, avec une série d'autres, qui devaient apporter un peu de lumière pour les ouvriers qui se rendaient à la Gare à pied pour y prendre le train très tôt le matin, train qui les amenait vers leur lieu de travail : les charbonnages de Tamines ou les carrières d'Aisemont, ou encore vers d'autres entreprises de la Basse-Sambre ou de la région de Charleroi. Les maisons de gauche étaient aussi des cafés celui du gorlî

Constantin Leloup, des frères Achille et Léon Kaisin et entre ces deux maisons l'atelier du «tchaurlî» (charron) Biot. Et comme on le voit, l'animation était grande ces jours de foire qui avaient lieu, à une certaine époque, deux fois par mois.

 

Causans pidjons

 

De tout temps, les hommes ont toujours eu des passions. Plus que les femmes qui, elles, doivent d'abord penser à préparer les repas, a s’occuper des enfants, à tenir la maison propre. à laver le linge et assurer l’intendance. Aujourd'hui, la passion la plus courante chez l'homme, c'est le foot et le sport... à la Tv et pour la femme, il y a maintenant les séries télévisées style Dallas ou Melrose Place. Bien sûr, l'homme ou la femme ont bien d'autres passions, parfois plus intellectuelles, mais nous parlons ici des loisirs parmi les plus courants. J'ai devant les yeux un article qui date de 1950 et qui parle d'une passion très en vogue depuis des dizaines d'années les pidjons. Il est vrai que Si les sociétés colombophiles existent toujours chez nous aujourd'hui, elles ont fortement diminue. Et, les anciens s'en sou-viennent sans doute très bien, rares étaient les maisons qui n'étaient pas pourvues d'un pigeonnier certains « pidjonisses » avaient même construit de petits ou des annexes réservés uniquement à leurs pigeons. Pas pour en faire un élevage mais pour participer aux concours. L'INR diffusait d'ailleurs chaque dimanche matin une chronique colombophile qui informait les colombophiles des lâchers qui avaient lieu à des endroits bien précis de la France. Et ces mêmes « pidjonisses » restaient alors le nez en l'air pour voir rentrer leurs pigeons et courir au plus vite au local pour faire pointer ces arrivées. C'était une passion très ancrée qui se transmet-tait aussi de père en fils. Le côté commercial existait aussi car bien des c' pigeons de concours » se vendaient parfois très cher. Mais, n'étant pas très versé sur le sujet je vous confie quelques passages d'un article que signait à l'époque l'illustre « Radar » à propos de ces « enragés pigeonnistes »: « j’ai un voisin pigeonisse. il a 22 pigeons, un appareil enregistreur et une femme qui rouspète. C'est un phénomène comme il y en a 500.000 en Belgique» Quelle saleté, dit régulièrement sa femme. Ils vous arrangent des toits à vous dégoûter d'avoir une ci-terne. Ah les hommes ! Si encore ils taisaient des prix je parle des pigeons) et s'ils regagnaient l'argent de leurs graines. Parfois, c'est même moi qui doit aller les soigner» Et il n'arrête de m'expliquer: regarde, celui-là, le deuxième à gauche avec son cou blanc, c'est le père de celui-là, à droite... Un fameux! » il en est vraiment amoureux: il parle avec ses pigeons comme il me parlait au temps où nous courtisions. Ses pigeons, ils ont toutes les qualités J Et il prétend même qu'ils sont « intèlijents ». Plus que moi qui n'y comprend rien J Le dimanche matin. il est dans son pigeonnier avant que je me lève et le soin avant de se coucher, il remonte dans son pigeonnier une dernière fois. Et je l'entends chaque fois roucoucou roucoucou rouroucoucou. L'autre jour. je l'appelle pour le dîner, je monte dans le pigeonnier, il en avait deux sur la casquette et donnait un câlin à un troisième qu'il tenait en mam... A en être jalouse il m'a même assuré qu'entre eux, les mâles parlaient de leurs voyages par roucoucous interposés. Voilà 23 ans qu'on est mariés, voilà 23 ans que ça dure. Sa première parole quand il rentre de son travail, c'est: « Maria, vos avoz sognî lès pidjons. vos n avoz nin rovy di candji l'eûwe ? ». Mais Camille n'attend pas la réponse, il est déjà parti dans son pigeonnier A raison de 20 marches six fois par jour. ça fait 43.800 marches par an. Mieux que Coppi quand il grimpe le Galibier ! »