Sixième volet du cycle de conférences ‘Sociétés en changement’

IACCHOS et les associations étudiantes AGL, BDE ESPO, CESEC et NASA vous invitent à la prochaine conférence du cycle « Sociétés en changement / Changing Societies »
« Doux commerce » et dures réalités : les conditions d’une « mondialisation heureuse »
Prof. Alain Supiot
Titulaire de la Chaire "État social et mondialisation. Analyse juridique des solidarités" Collège de France
Le 20 février 2017 de 18h30 à 20h au BARB 91
Inscription gratuite mais obligatoire auprès de stephanie.lorent@uclouvain.be
Résumé de la conférence:
Lorsque Montesquieu vantait les vertus civilisatrices, du « doux commerce », ce n’était pas sans conditions ni réserves. « Pour maintenir l’esprit de commerce écrivait-il, il faut (…) que (les lois], divisant les fortunes à mesure que le commerce les grossit, mettent chaque citoyen pauvre dans une assez grande aisance, pour pouvoir travailler comme les autres ; et chaque citoyen riche dans une telle médiocrité qu’il ait besoin de son travail pour conserver ou pour acquérir ». Relire Montesquieu nous aide à comprendre les impasses d’un ordre juridique devenu schizophrène dont l'hémisphère commercial incite à ne pas appliquer les normes dont l’hémisphère social proclame la nécessité et l'universalité. Non seulement un tel ordre n’est pas durable au plan social et environnemental, mais il détruit les conditions mêmes de l’économie de marché. Pour sortir de cette impasse il conviendra de ne pas confondre « globalisation » et « mondialisation ». Mondialiser, au sens premier de ce mot (où « monde » s’oppose à « immonde »), consiste à rendre humainement vivable un univers physique : à faire de notre planète un lieu habitable. Autrement dit, mondialiser consiste à maîtriser les dimensions techniques et politiques du processus de globalisation.

Initié grâce à l’appui du Secteur des sciences humaines (SSH), destiné principalement aux étudiants mais ouvert à l’ensemble de la Communauté universitaire, le cycle de conférences « Sociétés en changement / Changing Societies » entend permettre à de grandes figures intellectuelles, issues des sciences sociales, de transmettre aux étudiants leurs « visions et propositions pour un monde plus juste ». Préparée et animée par les organisations étudiantes, cette initiative souhaite favoriser la rencontre entre des figures majeures de la scène intellectuelle et la jeunesse universitaire, au-delà de la diffusion d’une parole d’expert.

Biographie d'Alain Supiot:

Docteur d'État en droit (Bordeaux, 1979), agrégé des facultés de droit (1980), docteur h.c. de l’Université de Louvain et membre correspondant de la British Academy (2015), Alain Supiot a été successivement professeur à l'Université de Poitiers puis de Nantes (UMR-CNRS 6028), et membre de l'Institut Universitaire de France (2001), avant d’être élu au Collège de France en 2012. Il a présidé de 1998 à 2000 le Conseil National du développement des sciences humaines et sociales. Sa carrière a été marquée par plusieurs années de recherche à l'étranger (1981 : Institute of Industrial Relations de Berkeley ; 1989/90 : Institut Universitaire Européen de Florence ; 1997/98 : Wissenschaftskolleg zu Berlin). À Nantes, il a fondé en 1995 la Maison des sciences de l'Homme Ange Guépin (http://www.msh.univ-nantes.fr), puis en 2008 l’Institut d’études avancées (http://www.iea-nantes.fr), qui accueille conjointement en résidence scientifique des savants des pays du « sud » et du « nord », et dont il préside aujourd'hui le Comité stratégique, après l’avoir dirigé de 2008 à 2013.

Alain Supiot a publié seul ou en collaboration 24 livres, dont plusieurs traduits en de nombreuses langues étrangères, et contribué à 45 ouvrages collectifs. Il est l’auteur de 71 articles en langue française et 85 en langues étrangères. Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit.

Parmi ses principaux ouvrages récents, on peut citer:

  • Grandeur et misère de l'État social. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Fayard, 2013, 63 p. (version électronique : http://books.openedition.org/cdf/2249)
  • L'esprit de Philadelphie. La justice sociale face au Marché total, Paris, Seuil, 2010, 182 p. (trad. en 5 langues)
  • Homo juridicus. Essai sur la fonction anthropologique du Droit, Paris, Seuil, 1re éd. 2005, coll. « La couleur des idées », 324 p. ; 2e éd. 2009, coll. « Points-Essais », 334 p. (trad. en 8 langues)
  • Le droit du travail, Paris, PUF, coll. Que-sais-je ?, 1re éd. janv. 2004, 127 p. ; 2e éd. nov. 2004 ; 3e éd. déc. 2006 ; 4e éd. oct. 2009 ; 5e éd. avr. 2011 (trad. en 3 langues).